1 2 3 4 5 6 7

Hémovigilance

Née en France avec la loi du 4 janvier 1993 , l’hémovigilance a pour objet l'ensemble des procédures de surveillance, d'évaluation et de prévention des incidents et  effets indésirables survenant chez les donneurs ou les receveurs de produits sanguins labiles (PSL).

Elle porte sur l'ensemble de la chaîne transfusionnelle, de la collecte des produits sanguins labiles jusqu'au suivi des receveurs.
L'hémovigilance comprend également le suivi épidémiologique des donneurs

Lire

Organisation de l'hémovigilance

Le système national d'hémovigilance comprend 3 niveaux :

Niveau national

L'ANSM

L'ANSM assure la mise en oeuvre de l'hémovigilance.
Elle prend, le cas échéant, les mesures appropriées en vue d'assurer la sécurité transfusionnelle ou saisit les autorités compétentes.

> en savoir plus ... Article R1221-25 du CSP

L'Institut de veille sanitaire

Niveau régional

Les coordonnateurs régionaux d'hémovigilance (CRH) :

Placés auprès du directeur de l'agence régionale de santé (ARS), ils suivent la mise en oeuvre des dispositions de l’hémovigilance, des décisions de l'ANSM et des actions entreprises par les comités de sécurité transfusionnelle et d'hémovigilance des établissements (CSTH).

> en savoir plus.... Article R1221-32 du CSP

Niveau local

Les correspondants d'hémovigilance des établissements de transfusion  (Etablissement français du sang et le centre de transfusion sanguine des armées) :

Ils sont chargé d'assurer la déclaration de tout effet indésirable grave survenu chez un donneur de sang et  chez un receveur de PSL ainsi que de tout incident grave.

Les correspondants d'hémovigilance des établissements de santé, les syndicats interhospitaliers et groupements de coopération sanitaire  :
Ils sont chargés d'assurer la déclaration de tout effet indésirable survenu chez un receveur de produits sanguins labiles ainsi que de tout incident grave.

> en savoir plus ... Article R1221-39 du CSP    et  Article R1221-43 du CSP

Les professionnels de santé

1 2 3 4 5 6 7