Qui sommes-nous ?
L'ANSM en bref
Nos engagements
Nos missions
Notre périmètre
Notre organisation
Déontologie et transparence
Publications institutionnelles
Rejoignez-nous !
Notre agenda
 
Bulletin officiel des actes, décisions et avis
Décisions institutionnelles
Décisions liées aux médicaments
Décisions liées aux produits sanguins et autres produits biologiques
Décisions liées aux médicaments dérivés du plasma
Décisions liées aux dispositifs médicaux et dispositifs médicaux de diagnostic in vitro
Injonctions
Décisions de police sanitaire
Sanctions financières
Avis
 
Disponibilité des produits de santé
Médicaments
Dispositifs médicaux et dispositifs médicaux de diagnostic in vitro
Vaccins
 
Vos démarches
Industriel
Organismes notifiés
Professionnel de santé
Patient
Chercheur
20210309_Boite_avec_gelules_ecrites_PREp -_170x170
PUBLIÉ LE 29/11/2023

Suivi de l’utilisation de Truvada ou génériques pour une prophylaxie pré-exposition (PrEP) au VIH à partir du système national des données de santé (SNDS)

A+ A-
A l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre le sida, le groupement d’intérêt scientifique EPI-PHARE (ANSM-CNAM) actualise les données sur l’utilisation de la prophylaxie pré-exposition (PrEP) au VIH par Truvada ou génériques en France jusqu’au 30 juin 2023. Les chiffres mettent en évidence la poursuite de la progression de l’utilisation de la PrEP et de sa prescription par les médecins généralistes au cours de la dernière année. Néanmoins, la diffusion de la PrEP à toutes les catégories de population qui pourraient en bénéficier reste encore limitée.
Le groupement d’intérêt scientifique EPI-PHARE (GIS ANSM-CNAM) réalise depuis 2017 un suivi de l’évolution de l’utilisation de Truvada ou génériques pour une prophylaxie pré-exposition (PrEP) au VIH à partir des données du système national des données de santé (SNDS). Le rapport publié aujourd’hui fournit une actualisation de ce suivi jusqu’au 30 juin 2023.

Les chiffres actualisés attestent de la poursuite de la diffusion de la PrEP en France au cours de la dernière année, avec plus de 20 000 nouvelles initiations entre juillet 2022 et juin 2023, soit près de 1700 par mois en moyenne. Fin juin 2023, le nombre de personnes de 15 ans et plus ayant initié la PrEP en France depuis 2016 s’élevait à 84 997, un chiffre en augmentation de 31% par rapport à fin juin 2022. Le nombre total de personnes utilisant effectivement la PrEP (en initiation ou en renouvellement) est également en hausse, atteignant 52 802 au premier semestre 2023, soit plus de 10 000 personnes de plus (+24%) par rapport au premier semestre 2022.

Au cours l’année 2022 et du premier semestre 2023, la lente diffusion de la PrEP aux groupes de population autres que les HSH des grandes métropoles s'est poursuivie tout en restant limitée. La part des utilisateurs résidant à Paris ou sa petite couronne et en Paca a poursuivi sa baisse au profit d’autres régions métropolitaines, de la grande couronne parisienne et des départements et régions d'outre-mer. Les initiations de PrEP ont aussi de plus en plus souvent concerné des femmes, des bénéficiaires de la Complémentaire Santé Solidaire, et des personnes résidant en milieu semi-urbain ou rural. Toutefois, les utilisateurs de la PrEP restent encore principalement des hommes résidant en Île-de-France ou dans une grande métropole, parmi lesquels la proportion de personnes en situation de précarité est faible et le niveau d’accès aux soins primaires est plus élévé que pour la moyenne des français.

Dans le contexte de l’élargissement de la primo-prescription de la PrEP à l’ensemble des prescripteurs mis en place depuis le 1er juin 2021, les initiations de PrEP prescrites en ville, en particulier par des médecins généralistes, sont en augmentation continue. Les prescriptions de renouvellement de PrEP par des médecins libéraux sont également en hausse. Ainsi, au premier semestre 2023 ce sont 42% des prescriptions d’initiation et de renouvellement de PrEP qui ont été effectuées par des médecins libéraux, dont près de 90% par des médecins généralistes.

En conclusion, la progression de l’utilisation de la PrEP s’est poursuivie au cours de la dernière année en France. Bien que la prescription de la PrEP en ville se soit largement développée, la diffusion à toutes les catégories de population qui pourraient en bénéficier reste encore limitée.