Qui sommes-nous ?
L'ANSM en bref
Nos engagements
Nos missions
Notre périmètre
Notre organisation
Déontologie et transparence
Publications institutionnelles
Rejoignez-nous !
Notre agenda
 
Disponibilité des produits de santé
Médicaments
Dispositifs médicaux et dispositifs médicaux de diagnostic in vitro
Vaccins
 
Vos démarches
Industriel
Organismes notifiés
Professionnel de santé
Patient
Chercheur

Acétate de cyprotérone (Androcur et génériques) et risque de méningiome : conduite à tenir

RISQUES MEDICAMENTEUX - Médicaments - PUBLIÉ LE 20/09/2018 - MIS À JOUR LE 23/04/2021
A+ A-
Information destinée aux endocrinologues, gynécologues, pédiatres, dermatologues, neurochirurgiens, médecins génaralistes, pharmaciens d'officine et pharmaciens hospitaliers

Dans l'attente des recommandations issues d'un travail d'expert  l'ANSM propose des premières mesures:

  • Informer les patients de l’existence du risque de méningiome

  • (Ré) évaluer le rapport bénéfice /risque pour chaque patient en tenant compte du risque de méningiome

  • Lors de l’initiation de traitement, vérifier auprès des patients l’absence d’antécédent de méningiome ou de méningiome connu en évolution

  • Prescrire l’acétate de cyprotérone dans le respect des indications autorisées par l’AMM et aux doses les plus faibles possibles et sur une courte durée