Qui sommes-nous ?
L'ANSM en bref
Nos engagements
Nos missions
Notre périmètre
Notre organisation
Déontologie et transparence
Publications institutionnelles
Rejoignez-nous !
Notre agenda
 
Disponibilité des produits de santé
Médicaments
Dispositifs médicaux et dispositifs médicaux de diagnostic in vitro
Vaccins
 
Vos démarches
Industriel
Organismes notifiés
Professionnel de santé
Patient
Chercheur
20210309_vaccin covid_170x170
PUBLIÉ LE 11/02/2022

Caractéristiques associées au risque résiduel de forme sévère de Covid-19 après un schéma vaccinal complet en France

A+ A-
Dans la continuité de ses études sur la surveillance épidémiologique des vaccins contre le Covid-19, qui ont notamment confirmé l’efficacité importante de la vaccination, le groupement d’intérêt scientifique EPI-PHARE (Cnam et ANSM), a analysé les caractéristiques associées aux risques résiduels d’hospitalisation et de décès hospitalier liés au Covid-19 dans la population française présentant un schéma vaccinal complet au 31 juillet 2021.
Les résultats de cette étude mettent en évidence la très faible fréquence des cas d’hospitalisation et de décès pour COVID-19 chez les personnes vaccinées, et que ces risques résiduels sont fortement liés à un âge élevé, à la prise de traitements immunosuppresseurs ou corticoïdes oraux, et à la présence de plusieurs comorbidités.
Avant la disponibilité des vaccins, les principaux facteurs de risque d’hospitalisation et/ou de décès pour Covid-19 étaient de loin l’âge, ainsi que certaines comorbidités telles que l’obésité, le diabète, la trisomie  21, le retard mental, la transplantation rénale ou pulmonaire, l’insuffisance rénale chronique terminale en dialyse ou le cancer actif du poumon, comme cela a été montré précédemment par EPI-PHARE. Bien que les vaccins aient une efficacité majeure de l’ordre de 90% pour prévenir les formes sévères de Covid-19, un risque résiduel persiste. Dans cette nouvelle étude, EPI-PHARE s’est intéressé à décrire et comprendre les caractéristiques associées à ce risque résiduel.

Cette nouvelle étude couvre l’intégralité de la population française qui avait eu un schéma vaccinal complet (deux doses de vaccin ou une infection à Covid-19 avec une dose de vaccin) entre le 1er janvier et le 31 juillet 2021, soit 28 millions de personnes. Dans cette population, seuls 5 354 hospitalisations et 996 décès hospitaliers pour Covid-19 sont survenus jusqu’au 31 août 2021.

Ces résultats, qui témoignent une nouvelle fois du niveau élevé d’efficacité des vaccins pour prévenir les formes graves de la maladie, montrent que les risques d’hospitalisation et de décès pour Covid‑19 après un schéma vaccinal complet restent fortement associés à l’âge. En effet, les personnes vaccinées âgées de 85 à 89 ans ont par exemple un risque 4 fois plus élevé d’être hospitalisées pour Covid‑19 et 38 fois plus élevé de décéder par rapport aux personnes vaccinées de 45 à 54 ans.

Parmi les personnes vaccinées, le risque résiduel de forme grave de Covid-19 apparait également fortement associé à la prise d’immunosuppresseurs, avec un risque d’hospitalisation multiplié par 3,3 et de décès multiplié par 2,4. Les risques d’hospitalisation et de décès sont par ailleurs multipliés par 2,8 et 4,1 respectivement chez les personnes vaccinées sous traitement par corticoïdes oraux.

La présence de certaines comorbidités, en particulier la transplantation rénale ou du poumon, l’insuffisance rénale en dialyse, la mucoviscidose, le cancer actif du poumon, la trisomie 21 et le retard mental, sont également associées à un risque résiduel d’hospitalisation et de décès liés au Covid-19 après une vaccination.

Le risque est en outre augmenté de manière concomitante avec le nombre de comorbidités chez une même personne. Les personnes vaccinées sans comorbidité représentent en effet une très faible proportion des hospitalisations pour Covid-19 et des décès. Parmi les personnes vaccinées hospitalisées, la proportion qui n’a pas de comorbidité est de moins de 10% et atteint 27% pour les personnes présentant cinq comorbidités ou plus. Parmi les patients décédés en milieu hospitalier, la proportion qui n’a pas de comorbidité est de 2% tandis que 39% ont cinq comorbidités ou plus.

Les résultats de cette nouvelle étude soulignent l’importance de la vaccination, à laquelle doivent être associées d'autres mesures en particulier chez les plus fragiles (distanciation physique, port du masque, aération, mise à disposition de traitements préventifs et curatifs) pour éviter les formes sévères de la maladie.

Contacts presse :
 
En savoir plus sur EPI-PHARE
Pour en
savoir
plus