Qui sommes-nous ?
L'ANSM en bref
Nos engagements
Nos missions
Notre périmètre
Notre organisation
Déontologie et transparence
Publications institutionnelles
Rejoignez-nous !
Notre agenda
 
Disponibilité des produits de santé
Médicaments
Dispositifs médicaux et dispositifs médicaux de diagnostic in vitro
Vaccins
 
Vos démarches
Industriel
Organismes notifiés
Professionnel de santé
Patient
Chercheur
20210309_Boite_avec_gelules_ecrites_PREp -_170x170
PUBLIÉ LE 01/12/2021

Prévention du VIH : l’utilisation de la prophylaxie pré-exposition (PrEP) semble redémarrer après une forte diminution au début de la pandémie à Covid-19

A+ A-
A l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre le sida, le groupement d’intérêt scientifique Epi-Phare (ANSM-Cnam) publie des données actualisées sur l’utilisation de la prophylaxie pré-exposition (PrEP) au VIH par Truvada ou ses génériques en France jusqu’au 30 juin 2021.  Après une diminution forte et durable des initiations de la PrEP en France au début de l’épidémie de COVID-19, un redémarrage semble se dessiner au premier semestre 2021.
Le groupement d’intérêt scientifique Epi-Phare (GIS ANSM-Cnam) réalise depuis 2017 un suivi annuel de l’évolution de l’utilisation de Truvada ou génériques pour une prophylaxie pré-exposition (PrEP) au VIH à partir des données du Système National des Données de Santé (SNDS). Ce rapport fournit une actualisation de ce suivi jusqu’au 30 juin 2021, incluant donc le second semestre 2020 et le premier semestre 2021, marqués par la survenue de la deuxième et de la troisième vague de l’épidémie de COVID-19 en France.

Les initiations de PrEP ont fortement diminué aux mois de mars, avril et mai 2020 pendant la période du premier confinement national dû à l’épidémie de COVID-19, avec une chute atteignant 40 à 80% par rapport au début de l’année 2020.

Les initiations ont ensuite été stables au cours des 8 mois suivant la fin du premier confinement jusqu’à janvier 2021, contrastant ainsi avec la dynamique d’augmentation constante observée depuis la mise en place de la PrEP jusqu’à la survenue de l’épidémie de COVID-19. A partir de février 2021, une reprise de la hausse des initiations semble se dessiner.

Malgré le contexte de pandémie et de tensions hospitalières, nous observons une bonne continuité de traitement chez les utilisateurs de PrEP : plus de 85% des personnes qui ont renouvelé la PrEP au cours du second semestre 2020 et du premier semestre 2021 l’avaient utilisée au semestre précédent.

Au premier semestre 2021, 26 812 personnes utilisaient la PrEP en initiation ou en renouvellement. Elle reste majoritairement utilisée par des hommes de 35 ans en moyenne résidant en Ile-de-France. Pour rappel, la PrEP est prise en charge par l’Assurance maladie à partir de 15 ans.

Nous rappelons que pour en faciliter l’accès, la PrEP peut être initiée depuis le 1er juin 2021 par tous les médecins. Jusque-là, seuls les médecins exerçant à l’hôpital ou dans un centre gratuit d'information, de dépistage et de diagnostic (CeGIDD) pouvaient la prescrire.

Depuis le 1er janvier 2016, environ 42 000 personnes ont débuté une PrEP en France.

En lien avec cette information