Qui sommes-nous ?
L'ANSM en bref
Nos engagements
Nos missions
Notre périmètre
Notre organisation
Déontologie et transparence
Publications institutionnelles
Rejoignez-nous !
Notre agenda
 
Disponibilité des produits de santé
Médicaments
Vaccins
 
Vos démarches
Industriel
Professionnel de santé
Patient
Chercheur

Conditions climatiques extrêmes et produits de santé

Mise à jour le 14/01/2021
A+ A-

Canicule et produits de santé

L'exposition à une température extérieure élevée, pendant une période plus ou moins longue, sans possibilité de récupération, peut entraîner de graves complications dues à une réponse insuffisante ou inadaptée des mécanismes de thermorégulation.

Elle peut aussi avoir une incidence sur l'utilisation et la conservation des produits de santé.

Médicaments

L'adaptation à la chaleur met en jeu des mécanismes de défense dont l'efficacité peut être diminuée ou retardée.
Certains sujets fragilisés s'adapteront plus lentement et plus difficilement à des températures extérieures élevées.
C'est le cas des personnes âgées, d'autant plus qu'elles sont atteintes de pathologies sous-jacentes (en particulier cardiovasculaires, rénales et neuropsychiatriques), traitées en conséquence par des médicaments et qu'elles ont perdu leur autonomie.

En cas de vague de chaleur certains médicaments sont susceptibles d’aggraver un syndrome d’épuisement-déshydratation ou un coup de chaleur

L'exposition à des températures élevées, pour des périodes plus ou moins prolongées, peut aussi avoir une incidence sur la conservation des médicaments, particulièrement ceux nécessitant des précautions particulières de stockage et de conservation.

Informations sur les traitements médicamenteux en cas de vague de chaleur - Questions/réponses

  Que risque-t-on lorsqu’il fait chaud ?
L’exposition à de fortes chaleurs constitue une agression pour l’organisme. Parmi les complications les plus graves, on risque une déshydratation, un coup de chaleur ou l’aggravation d’une maladie.
  Que se passe-t-il dans le corps lorsqu’il fait chaud ?
Lorsqu’il fait chaud, le corps met tout en oeuvre pour s’adapter, c’est à dire diminuer la température corporelle. Il se refroidit essentiellement par l’évaporation de la transpiration. Lorsque l’humidité extérieure est élevée ou en l’absence de vent, la transpiration ne s’évapore pas assez vite, ce qui gêne le refroidissement.

Une température corporelle trop élevée peut avoir des conséquences graves sur votre santé.

Quand le corps transpire beaucoup, cela peut entraîner des pertes importantes d’eau et de sel et une déshydratation, si ces pertes d’eau ne sont pas remplacées par une hydratation (prise de boisson) suffisante.
  Qu’est-ce qu’un coup de chaleur ?
Un coup de chaleur peut survenir lorsque le corps n’arrive plus à contrôler sa température qui augmente alors rapidement. Il peut survenir très vite chez les nourrissons et les personnes âgées en période de grosse chaleur, mais aussi chez les sportifs qui ne compenseraient pas les pertes d'eau dues à leur transpiration.

Le coup de chaleur (qui peut être mortel) doit être soigné rapidement pour prévenir des séquelles neurologiques.

La victime souffre d'une forte fièvre et de pertes de conscience. Elle est sujette à des vomissements, des nausées, des maux de tête, au délire, voire à des convulsions. Sa peau est chaude, rouge et sèche (elle ne transpire pas).
  Pourquoi les médicaments peuvent présenter un risque en cas de forte chaleur ?
Certains médicaments augmentent l’élimination d’eau au niveau des reins (diurétiques) et peuvent donc majorer une déshydratation liée à une température élevée.

La déshydratation peut elle-même avoir des conséquences sur la transformation de certains médicaments dans le corps humain. D’autres médicaments peuvent empêcher le fonctionnement normal des mécanismes de refroidissement du corps. Pour que le corps se refroidisse, il faut notamment que le système nerveux central puisse commander une dilatation des vaisseaux à la surface de la peau, afin de permettre une meilleure circulation du sang, une meilleure évacuation de la chaleur et une meilleure transpiration.

Enfin, certains médicaments peuvent aussi aggraver les effets de la chaleur, en abaissant la tension artérielle ou en altérant la vigilance.
  Quels médicaments peuvent représenter un risque en cas de forte chaleur ?
Certains médicaments peuvent aggraver le danger d’une trop longue ou d’une trop forte exposition à la chaleur et nécessitent une vigilance accrue. Notamment :
  • des médicaments pour traiter une maladie cardiaque : les diurétiques peuvent aggraver la déshydratation ; de même, les médicaments contre la tension et l’angine de poitrine peuvent aggraver une hypotension ; tous les médicaments traitant les troubles du rythme ainsi que la digoxine peuvent devenir toxiques en cas de déshydratation ;
  • des médicaments utilisés en psychiatrie : les neuroleptiques peuvent dérégler le thermostat central de l’organisme et provoquer une augmentation de la température ; les sels de lithium peuvent devenir toxiques en cas de déshydratation ; les médicaments contre la dépression peuvent gêner la transpiration ;
  • des médicaments pour traiter une épilepsie peuvent devenir toxiques en cas de déshydratation ;
  • des médicaments de la migraine peuvent empêcher la dilatation des vaisseaux de la peau ou diminuer la transpiration ;
  • certains antibiotiques et certains antiviraux peuvent gêner le fonctionnement normal du rein en cas de déshydratation ;
  • certains immunosuppresseurs peuvent gêner le fonctionnement normal du rein en cas de déshydratation ;
  • les anti-inflammatoires, notamment l’aspirine à une dose supérieure à 500 mg/j, peuvent gêner le fonctionnement des reins en cas de déshydratation ;
  • certains médicaments soignant la maladie de Parkinson, l’incontinence urinaire ou l’allergie peuvent gêner la transpiration.
Attention !

Dans la plupart des cas, un médicament ne représente pas un risque à lui tout seul, surtout s’il est bien utilisé. D’autres facteurs de risque, comme la maladie ou le grand âge, doivent être pris en considération.

N’arrêtez jamais votre traitement sans en avoir parlé à votre médecin ou pharmacien.
  Le médicament est-il le seul facteur de risque ?
De nombreux facteurs peuvent accroitre les risques pour la santé en cas de forte de chaleur, notamment :
  • une fièvre,
  • un âge élevé ou au contraire très jeune (0-4 ans),
  • une obésité,
  • une ou plusieurs maladies chroniques, en particulier une maladie cardiaque, rénale, respiratoire, un diabète, une maladie neurologique ou psychiatrique… · une perte d’autonomie.
  Que faut-il faire pour se préparer à de fortes chaleurs ?
Il est recommandé, ce d’autant plus que vous êtes âgé, malade et que vous prenez des médicaments de :
  • respecter les conseils habituels d’hygiène et de diététique en particulier, veiller à boire régulièrement, vous protéger du soleil et de la chaleur et vous rafraîchir par les moyens appropriés (douche, bain, serviettes humides appliquées sur la peau …) ;
  • ne pas prendre de médicaments sans avis médical, même lorsqu’ils sont vendus sans ordonnance ;
  • consulter votre médecin lorsque votre état de santé nécessite un suivi régulier, en particulier lorsque la dernière consultation remonte à plusieurs mois. Il procèdera à un examen complet et réadaptera si nécessaire votre traitement.
De façon générale :
  • lire attentivement la notice des médicaments que vous prenez (celle-ci doit être conservée dans la boîte de vos médicaments) ;
  • respecter les posologies et les heures de prise de vos médicaments telles qu’elles ont été indiquées par votre médecin et votre pharmacien ;
  • demander conseil à votre médecin ou à votre pharmacien pour toute question que vous vous posez, en particulier si vous ne comprenez pas bien la notice ou à quoi servent vos médicaments, si vous ressentez des symptômes inhabituels … ;
  • informer votre médecin ou votre pharmacien de tous les médicaments que vous prenez habituellement ou épisodiquement, qu’ils soient ou non sur ordonnance.
Des recommandations d’ordre plus général sont disponibles dans le dossier « Risques climatiques / Canicule et chaleurs extrêmes » du site Internet du ministère des affaires sociales et de la santé http://social-sante.gouv.fr/sante-et-environnement/risques-climatiques/canicule-et-chaleurs-extremes.
  Que ne faut-il pas faire à l’annonce de fortes chaleurs ?
N’arrêtez jamais votre traitement sans en avoir parlé à votre médecin ou pharmacien. En effet, vous vous exposeriez à des complications, soit liées à l’arrêt brutal du médicament, soit liées à votre maladie qui n’est plus traitée.

De même en cas de forte chaleur, il est déconseillé :
  • de consommer des boissons alcoolisées, car l’alcool aggrave la déshydratation ;
  • de prendre de l’aspirine ou du paracétamol si vous avez de façon inhabituelle des douleurs ou de la fièvre. En effet, l’aspirine peut gêner l’adaptation de votre organisme à la chaleur (cf. question 5) et le paracétamol est inefficace pour traiter le coup de chaleur.
Demandez conseil à votre médecin ou à votre pharmacien.
  Comment conserver vos médicaments en cas de forte chaleur ?
Généralement, aucune condition de conservation n’est indiquée sur la boîte de vos médicaments, ce qui indique que le médicament est stable, même en cas d’exposition prolongée à des fortes chaleurs. Il n’y a donc aucune précaution particulière à prendre.

Dans le cas où figurent des précautions particulières de conservation sur la boîte de vos médicaments, les recommandations suivantes s’appliquent :
  • les médicaments pour lesquels est indiquée une conservation à une température inférieure à 25°C ou à une température inférieure à 30°C : vous pouvez les conserver dans leur rangement habituel. En effet, des études ont démontré qu’une température élevée (telle que les températures observées pendant une période de canicule), pendant quelques jours, ne dégrade pas ces médicaments.
  • les médicaments pour lesquels est indiquée une conservation entre +2 et +8°C : vous les conservez habituellement dans votre réfrigérateur. La canicule n’aura donc pas de conséquence sur leur stabilité. Cependant, une fois sortis du réfrigérateur, vous devez les utiliser assez rapidement tout en respectant la posologie prescrite par le médecin et éviter de les laisser trop longtemps sortis. Vous devez aussi éviter de les sortir du réfrigérateur, puis les rentrer s’ils n’ont pas été utilisés : le cycle « froid-chaud » n’est pas recommandé pour ces produits fragiles.
Dans tous les cas, vous devez éviter d’exposer vos médicaments au soleil.
  Comment transporter vos médicaments en cas de forte chaleur ?
  • Pour tous les médicaments, hormis ceux qui se conservent habituellement au réfrigérateur : nous vous recommandons de les transporter dans un emballage isotherme non réfrigéré.
  • Pour les médicaments habituellement conservés au réfrigérateur : nous vous recommandons de les transporter dans un emballage isotherme réfrigéré (par exemple muni d’accumulateurs de froid), tout en veillant à ce qu’ils ne soient pas congelés.
Vous devez veiller à ne pas exposer vos médicaments trop longtemps, même dans un emballage isotherme, à des températures élevées telles que celles fréquemment relevées dans les coffres ou les habitacles de voiture exposées en plein soleil.

Produits de santé et grand froid

Un épisode de grand froid peut entraîner des modifications physiologiques, des accidents aigus comme l'hypothermie et surtout une aggravation de pathologies pré-existantes. L'adaptation au froid met en jeu des mécanismes de défense dont l'efficacité peut-être diminuée ou retardée.

Médicaments

Certains sujets fragilisés s'adapteront plus lentement et plus difficilement à des températures extérieures basses.
C'est notamment le cas des personnes âgées, ce d'autant plus qu'elles sont atteintes de pathologies chroniques, les patients souffrant en particulier de maladies cardiovasculaires, respiratoires - y compris l'asthme - ou neuropsychiatriques, et traités en conséquence par des médicaments.

La connaissance de l'ensemble des facteurs de risque, y compris le traitement médicamenteux déjà en place, permettra de proposer les mesures de prévention et de suivi adaptées à mettre en œuvre.

Informations sur les traitements médicamenteux en cas d'épisode de grand froid - Questions/réponses

  Que risque-t-on lorsqu’il fait froid ?
En France métropolitaine, un épisode de grand froid peut entraîner des modifications physiologiques et surtout une aggravation de maladies pré-existantes, en particulier de maladies cardiovasculaires, respiratoires.

Des accidents aigus, comme l’hypothermie et les engelures, surviennent plus exceptionnellement en particulier lorsque la température est inférieure à -5°C et/ou en présence de vents froids.
  Que se passe-t-il dans le corps quand il fait froid ?
Lorsque la température ambiante est basse, elle entraîne une diminution de la température centrale en dessous de 37°C. Le corps met tout en oeuvre pour s’adapter, c’est à dire augmenter la température corporelle. On observe une vasoconstriction cutanée (diminution de la circulation du sang à la surface de la peau) et une augmentation du rythme cardiaque. L’organisme met aussi en oeuvre des mécanismes de production de chaleur, par une augmentation de l’activité musculaire (frissons, activité physique) et une augmentation du métabolisme.
  Pourquoi les médicaments peuvent-ils présenter un risque ?
Bien qu’il n’existe pas de preuves, certains médicaments pourraient être responsables de la survenue ou de l’aggravation de symptômes liés au froid en interagissant avec les mécanismes d’adaptation au froid de l’organisme.

Ainsi, des médicaments peuvent contribuer à aggraver les effets du froid en empêchant le fonctionnement normal des mécanismes de réchauffement du corps. Pour que le corps se réchauffe, il faut notamment que le système nerveux central puisse déclencher des frissons et diminuer la circulation du sang à la surface de la peau.
D’autres médicaments peuvent aggraver les effets du froid en altérant la vigilance, et donc les capacités de l’individu à mettre en oeuvre les mesures adéquates pour se protéger du froid.
  Quels médicaments peuvent représenter un risque ?
Certains médicaments peuvent aggraver les dangers d’une trop longue ou trop forte exposition au grand froid. Cet effet sera la conséquence de leur mécanisme d’action dans l’organisme.

Quelques médicaments nécessitent une vigilance accrue :
  • certains médicaments pour traiter une maladie cardiovasculaire : certains médicaments contre la tension et l’angine de poitrine peuvent altérer les mécanismes de lutte contre le froid. D’autres, comme la digoxine, peuvent être moins bien distribués dans l’organisme ;
  • les médicaments prescrits pour traiter une hypothyroïdie peuvent empêcher l’augmentation du métabolisme qui est nécessaire pour la production de chaleur ;
  • certains médicaments pour traiter une épilepsie car ils seront moins bien distribués dans l’organisme ;
  • les médicaments pour traiter des troubles mentaux : les neuroleptiques peuvent dérégler le thermostat central de l'organisme et provoquer une baisse de la température ; les sels de lithium peuvent devenir toxiques en cas de baisse de leur élimination ;
  • la plupart des médicaments agissant sur la vigilance peuvent altérer les capacités à lutter contre le froid (sédatifs, hypnotiques).
Attention

Dans la plupart des cas, un médicament ne représente pas, à lui tout seul un risque, surtout s'il est bien utilisé. D'autres facteurs de risque, comme la maladie ou le grand âge, doivent être pris en considération.

Demandez conseil à votre médecin ou à votre pharmacien.
  Le médicament est-il le seul facteur de risque ?
De nombreux facteurs individuels ou situations à risque sont connus pour limiter la capacité de l’organisme à régler sa température. Certains sont liés à l’état de santé.

Vous risquez d’autant plus de mal supporter le froid extérieur quand vous êtes :
  • atteint(e) d’une ou plusieurs maladie(s), en particulier une maladie cardiaque, respiratoire y compris l’asthme, une hypothyroïdie, une maladie neuropsychiatrique, une infection respiratoire ;
  • âgé(e) ou très jeune (0 à 2 ans) ;
  • atteint(e) de séquelles d’un accident vasculaire cérébral, d’un traumatisme cérébral ou médullaire, de paralysies majeures ;
  • malnutri(e) ;
  • travailleur(se) en plein air.
  Que faut-il faire pour se préparer à des épisodes de grand froid ?
Si vous prenez des médicaments, si vous présentez des facteurs de risque, nous vous recommandons de :
  • respecter les conseils et les mesures préventives pour affronter le grand froid : habillez-vous chaudement, couvrez-vous la tête et les mains, évitez les expositions prolongées, évitez les efforts brusques et les passages rapides du chaud au froid ;
  • ne pas prendre de médicaments sans avis médical, même lorsqu'ils sont vendus sans ordonnance ;
  • consulter votre médecin lorsque votre suivi médical n'est pas assuré régulièrement, en particulier lorsque la dernière consultation remonte à plusieurs mois. Votre médecin procèdera à un examen complet et réadaptera si nécessaire votre traitement.
Vous devez lire attentivement la notice des médicaments que vous prenez. Celle-ci se trouve dans les boîtes de vos médicaments.

Vous devez respecter les posologies et les heures de prise de vos médicaments telles qu'elles ont été indiquées par votre médecin et votre pharmacien.

Vous devez demander conseil à votre médecin ou à votre pharmacien pour toute question que vous vous posez, en particulier si vous ne comprenez pas bien la notice de vos médicaments, si vous ressentez des symptômes inhabituels, si vous ne savez pas à quoi servent vos médicaments, si vous n'êtes pas sûr(e) de vous lorsque vous prenez vos médicaments.

Lorsque vous consultez votre médecin ou que vous demandez conseil à votre pharmacien, vous devez bien les informer de tous les médicaments que vous prenez habituellement ou épisodiquement, qu'ils soient ou non sur ordonnance.
  Que ne faut-il pas faire à l’annonce d’épisodes de grand froid ?
Dans tous les cas, vous ne pouvez décider vous-même d'interrompre votre traitement. En effet, vous vous exposeriez à des complications, soit liées à l'arrêt brutal des médicaments, soit liées à votre maladie qui n'est plus traitée.

Vous devez éviter de consommer des boissons alcoolisées, car l'alcool aggrave l’hypothermie.
  Comment conserver vos médicaments en cas d’épisode de grand froid ?
Généralement, aucune condition de conservation n'est indiquée sur la boîte de vos médicaments, ce qui indique que le médicament est considéré comme stable. Il n'y a donc aucune précaution particulière à prendre.

Dans le cas où figurent des précautions particulières de conservation sur la boîte de vos médicaments, les recommandations suivantes s'appliquent :
  • les médicaments conservés à température ambiante (ne comportant aucune mention particulière de conservation) ou à conserver à une température inférieure à 25 ou à 30°C : Vous pouvez les conserver dans leur rangement habituel (armoire à pharmacie). En règle générale, une exposition au froid pendant quelques jours ne dégrade pas ces médicaments.
  • les médicaments pour lesquels est indiquée une conservation entre +2 et +8°C : Vous les conservez habituellement dans votre réfrigérateur. Le froid sera donc sans conséquence sur leur stabilité si les conditions de conservation sont bien respectées et que le médicament est sorti du réfrigérateur quelques minutes avant son utilisation.
  • les médicaments comportent les mentions suivantes « ne pas réfrigérer» ou « ne pas congeler » : Vous devez respecter ces mentions particulières de conservation. En cas de non respect, ces médicaments peuvent être dégradés. Par exemple, vous ne devez pas mettre au réfrigérateur (ou à une température extérieure < 8°C) les médicaments contenant de l’hydrocortisone ou du lactulose. De même, vous ne devez pas congeler les vaccins et les insulines.
  • Médicaments congelés de façon accidentelle : Attention, certains médicaments peuvent être altérés par la congélation ou la décongélation. Vous devez vérifier l’aspect du produit à l’ouverture pour juger d’une éventuelle dégradation. Demandez conseil à votre médecin ou à votre pharmacien
Tout médicament dont le conditionnement est altéré par la congélation (en particulier éclatement) ne doit pas être utilisé.
  Comment transporter vos médicaments en cas d’épisode de grand froid ?
Pour tous les médicaments, hormis ceux qui se conservent habituellement au réfrigérateur : nous vous recommandons de les transporter dans un emballage isotherme non réfrigéré.

Les médicaments habituellement conservés au réfrigérateur : nous vous recommandons de les transporter dans un emballage isotherme réfrigéré (par exemple muni d'accumulateurs de froid), tout en veillant à ce qu'ils ne soient pas congelés.

Vous devez veiller à ne pas exposer vos médicaments trop longtemps, même dans un emballage isotherme, à des températures faibles telles que celles qui peuvent être relevées dans les coffres ou les habitacles de voiture exposées longtemps au froid.

En lien avec ce dossier thématique

Pour en
savoir
plus