Qui sommes-nous ?
L'ANSM en bref
Nos engagements
Nos missions
Notre périmètre
Notre organisation
Déontologie et transparence
Publications institutionnelles
Rejoignez-nous !
Notre agenda
 
Actualités
Nos articles
Nos campagnes
 
Bulletin officiel des actes, décisions et avis
Décisions institutionnelles
Décisions liées aux médicaments
Décisions liées aux produits sanguins et autres produits biologiques
Décisions liées aux médicaments dérivés du plasma
Décisions liées aux dispositifs médicaux et dispositifs médicaux de diagnostic in vitro
Injonctions
Décisions de police sanitaire
Sanctions financières
Avis
 
Disponibilité des produits de santé
Médicaments
Dispositifs médicaux et dispositifs médicaux de diagnostic in vitro
Vaccins
 
Vos démarches
Industriel
Organismes notifiés
Professionnel de santé
Patient
Chercheur

L’anticorps Beyfortus (nirsevimab)

PUBLIÉ LE 19/10/2023
A+ A-
Beyfortus (nirsévimab) est indiqué chez les nouveau-nés et nourrissons dans la prévention des infections des voies respiratoires inférieures causées par le VRS au cours de leur première saison de circulation du VRS. Beyfortus dispose d’une AMM depuis le 30 octobre 2022. Il est mis à disposition en France depuis mi-septembre 2023.

Beyfortus doit être administré avant le début de la saison d’épidémie à VRS ou dès la naissance chez les nourrissons nés au cours de la saison d’épidémie à VRS.

Une seule administration est nécessaire pour diminuer le risque d’infection à VRS durant au moins 5 mois, couvrant ainsi la saison épidémique.

Il peut être utilisé en ville et en établissement de santé.

Deux présentations sont autorisées : 50 mg/0,5 ml ou 100 mg/1 ml, selon le poids de l’enfant.

Comme tout médicament, Beyfortus est susceptible d'entraîner des effets indésirables : une éruption cutanée, une réaction au site d'injection (rougeur, douleur, gonflement), et de la fièvre.

Peu fréquents, ces effets indésirables peuvent apparaître jusqu’à quelques jours après chaque injection. Ils sont en général sans gravité, d'intensité légère ou modérée et de courte durée. Comme avec tous les anticorps monoclonaux, une réaction allergique peut également apparaître.
 
Une enquête de pharmacovigilance a été mise en place pour surveiller les effets déjà connus et le cas échéant, de détecter de nouveaux effets indésirables non identifiés dans les essais cliniques. Dans ce cadre, si un signal de sécurité était validé, des mesures adaptées à la nature du risque seraient mises en place, en lien avec l’Agence européenne du médicament, afin de prévenir ou réduire la probabilité de survenue du risque chez les nouveau-nés et nourrissons traités.
 

A découvrir dans ce dossier Le virus respiratoire syncytial (VRS)

Pour en
savoir
plus