Qui sommes-nous ?
L'ANSM en bref
Nos engagements
Nos missions
Notre périmètre
Notre organisation
Déontologie et transparence
Publications institutionnelles
Rejoignez-nous !
Notre agenda
 
Disponibilité des produits de santé
Médicaments
Dispositifs médicaux et dispositifs médicaux de diagnostic in vitro
Vaccins
 
Vos démarches
Industriel
Organismes notifiés
Professionnel de santé
Patient
Chercheur

Eligard, poudre et solvant pour solution injectable (acétate de leuproréline) - réévaluation des conditions de prescription et de délivrance : réalisation d’un dosage de la testostéronémie

RISQUES MEDICAMENTEUX - Médicaments - PUBLIÉ LE 06/09/2016 - MIS À JOUR LE 30/03/2021
A+ A-
Un manque d’efficacité clinique peut survenir en cas de reconstitution ou d’administration incorrecte d’Eligard®.
Des erreurs médicamenteuses liées à des modalités d’administration inappropriées, notamment lors de la préparation, de la reconstitution ou de l’administration d’Eligard® ont été signalées.
Dans ce cadre, les conditions de prescription et de délivrance d’Eligard® ont été modifiées afin que la poursuite du traitement soit subordonnée à la réalisation d’un dosage de la testostéronémie (T) tous les 3 mois.
  • Il est nécessaire que le prescripteur s’assure à minima tous les 3 mois que la testostéronémie atteint des taux de castration ou se maintient à ces taux (T≤50 ng/dl).
  • Si ce n’est pas le cas, une modification de la prise en charge doit être envisagée selon les recommandations de la société européenne d’urologie (EAU)  émises en 2016 .
  • Le prescripteur mentionne sur l’ordonnance de renouvellement que ce dosage a été réalisé.
Ces mesures s’ajoutent à celles déjà mises en place, notamment l’amélioration du dispositif d’administration, la mise à disposition des professionnels de santé de matériels éducationnels (poster, application Smartphone, site Internet* et vidéo) décrivant les étapes de préparation, reconstitution et administration d’Eligard®.