Qui sommes-nous ?
L'ANSM en bref
Nos engagements
Nos missions
Notre périmètre
Notre organisation
Déontologie et transparence
Publications institutionnelles
Rejoignez-nous !
Notre agenda
 
Disponibilité des produits de santé
Médicaments
Dispositifs médicaux
Vaccins
 
Vos démarches
Industriel
Organismes notifiés
Professionnel de santé
Patient
Chercheur

Gliolan® : conduite à tenir en cas d’intervention chirurgicale retardée et information sur le risque de résultats faux positifs et faux négatifs

RISQUES MEDICAMENTEUX - Médicaments - PUBLIÉ LE 09/12/2020 - MIS À JOUR LE 07/04/2021
A+ A-
Information destinée aux neurochirurgiens ayant été préalablement formés à l’utilisation de Gliolan®, aux pharmaciens d’établissements de santé disposant d’un service de neurochirurgie à activité de neuro-oncologie

En cas de retard de l'intervention chirurgicale alors que l’administration de 5-ALA a déjà eu lieu, une nouvelle administration de 5-ALA le même jour doit être évitée, en l'absence de données sur la sécurité d’emploi d’une dose répétée de 5-ALA ou sur la spécificité de la fluorescence en cas d’administration réitérée le même jour.
Si l’intervention chirurgicale est retardée de plus de 12 heures, elle doit être reprogrammée au lendemain ou ultérieurement. Une nouvelle dose de ce médicament peut être prise 2 à 4 heures avant l’anesthésie.

Des résultats faux négatifs et faux positifs peuvent être obtenus lors de l’utilisation de 5-ALA pour la visualisation peropératoire d’un gliome malin.
Des tissus non fluorescents dans le champ chirurgical ne permettent pas d’exclure la présence d’une tumeur chez les patients atteints d’un gliome. Par ailleurs, il est possible d’observer une fluorescence dans des zones de tissu cérébral anormal (tels que des astrocytes réactifs, des cellules atypiques), de tissu nécrotique, d’inflammation, d’infection, de lymphome du SNC ou de métastases d’autres types de cancer.