Qui sommes-nous ?
L'ANSM en bref
Nos engagements
Nos missions
Notre périmètre
Notre organisation
Déontologie et transparence
Publications institutionnelles
Rejoignez-nous !
Notre agenda
 
Disponibilité des produits de santé
Médicaments
Dispositifs médicaux
Vaccins
 
Vos démarches
Industriel
Organismes notifiés
Professionnel de santé
Patient
Chercheur

Médicaments ayant fait l'objet d'un signalement de rupture ou de risque de rupture de stock

A+ A-
Les laboratoires pharmaceutiques sont responsables de la disponibilité des médicaments d’intérêt thérapeutique majeur (MITM) qu’ils commercialisent en France et sont tenus de signaler à l’ANSM toute rupture de stock ou risque de rupture de stock.

Un même médicament peut faire l’objet de plusieurs signalements au cours d’une même année.

Vous pouvez consulter l’ensemble des médicaments qui ont fait l’objet d'un signalement de rupture de stock, ou de risque de rupture de stock auprès de l’ANSM par année.
 
Toutes les classes de médicaments sont concernées. Parmi les MITM, les médicaments cardio-vasculaires, les médicaments du système nerveux, les anti-infectieux et les anti-cancéreux sont plus particulièrement sujets à ces tensions et ruptures de stock.

Chaque année entre 5 et 10 % des signalements nécessitent la mise en place de mesures de réduction de l'impact de la tension d’approvisionnement ou de la rupture de stock pour les patients : contingentement quantitatif, qualitatif (par ex réservation du stock pour certaines indications) ou encore importations de médicaments similaires provenant d’autres pays.

Les difficultés d'approvisionnement ont des origines multifactorielles : complications survenues lors de la fabrication des matières premières ou des produits finis, défauts de qualité sur les médicaments, capacité de production insuffisante, morcellement des étapes de fabrication, etc…

Signalements de ruptures de stock ou de risque de ruptures de stock enregistrés en 2020 : 2 446

Il y avait eu 1 504 signalements en 2019. La forte augmentation du nombre de signalements en 2020 est liée à la demande de l'ANSM aux laboratoires de déclarer les risques de ruptures et ruptures de stock le plus en amont possible, et aux dispositions de la loi de financement de la sécurité sociale pour 2020, qui renforce les sanctions financières pour les laboratoires ne respectant pas leurs obligations en la matière.
Ne pas confondre
Ces tableaux ne listent pas l'ensemble des MITM disponibles en France et devant faire l’objet d’un stock de sécurité depuis le 1er septembre 2021 mais les médicaments ayant fait l'objet d'un signalement de rupture ou de risque de ruptures de stock par année.