Qui sommes-nous ?
L'ANSM en bref
Nos engagements
Nos missions
Notre périmètre
Notre organisation
Déontologie et transparence
Publications institutionnelles
Rejoignez-nous !
Notre agenda
 
Disponibilité des produits de santé
Médicaments
Dispositifs médicaux et dispositifs médicaux de diagnostic in vitro
Vaccins
 
Vos démarches
Industriel
Organismes notifiés
Professionnel de santé
Patient
Chercheur

Dans quels cas la chirurgie Lasik peut-elle être réalisée ?

PUBLIÉ LE 22/12/2020 - MIS À JOUR LE 31/03/2021
A+ A-
La chirurgie dite Lasik ne peut être pratiquée sur toutes les personnes qui le souhaitent : il existe des critères de sélection du patient pour savoir si la chirurgie est réalisable ou non.
A ce jour, les lasers utilisés permettent de corriger la myopie, l’hypermétropie, l’astigmatisme, ainsi que la presbytie pour certains lasers, et ce jusqu’à certaines limites dioptriques.
Ces limites dioptriques sont  déterminées par les fabricants des lasers, en fonction des performances de leurs appareils. 
Néanmoins l’éligibilité d’un patient à cette opération ne dépend pas seulement des limites dioptriques de correction des lasers : il appartient en effet au chirurgien de déterminer si l’intervention est possible.

Ce processus est effectué au cas par cas; il comporte :
  • un bilan préopératoire
  • un entretien médical avec le chirurgien

Le bilan pré-opératoire

Le bilan pré-opératoire permet au chirurgien de savoir :
  • si le patient est éligible à cette chirurgie
  • si l’œil présente des caractéristiques particulières pouvant favoriser la survenue de certains effets secondaires
Plusieurs examens peuvent être effectués au cours de ce bilan (par exemple : topographie cornéenne évaluant la régularité de la cornée, mesure de l’épaisseur de la cornée, encore appelé pachymétrie, pupillométrie, mesure ORA pour Ocular Response Analyzer etc.)

L'entretien médical

Certaines maladies non directement oculaires et leurs traitements peuvent interférer avec les phénomènes de cicatrisation de la cornée.
Pour que le chirurgien puisse détecter les éventuelles contre-indications à cette chirurgie, il est primordial de signaler durant l’entretien :
  • toute pathologie, ophtalmologique ou autre, qu’elle soit personnelle ou familiale
  • tout antécédent chirurgical (en particulier de chirurgie réfractive).
Les attentes en termes de résultats doivent être également exprimées au chirurgien. Celui-ci indiquera si les attentes de correction sont réalisables.