Qui sommes-nous ?
L'ANSM en bref
Nos engagements
Nos missions
Notre périmètre
Notre organisation
Déontologie et transparence
Publications institutionnelles
Rejoignez-nous !
Notre agenda
 
Disponibilité des produits de santé
Médicaments
Vaccins
 
Vos démarches
Industriel
Professionnel de santé
Patient
Chercheur

Informations pour les professionnels de santé

Mise à jour le 22/09/2020
A+ A-

Risques liés à la prise de médicaments en fonction de la période de grossesse

Selon la période d’exposition au cours de la grossesse, certains médicaments sont susceptibles de provoquer des effets sur le développement de l’embryon et du fœtus ou sur l’enfant à naître. On distingue ainsi :

  • Les effets tératogènes : La période où le risque est maximal correspond au premier trimestre de la grossesse (en particulier pendant l’organogénèse, soit jusqu’à 10 semaines d’aménorrhées (SA)). A noter que l’organogénèse cérébrale et génitale se poursuit durant toute la grossesse. Les rétinoides (ex : Contracné Gé, Isotrétinoine Gé, Curacné Gé etc), le valproate et ses dérivés (ex : Dépakine, Dépakote etc.), le mycophénolate (ex : Cellcept, Myfortic etc.) et le thalidomide.
    Dans la population générale et indépendamment d’une exposition médicamenteuse, la fréquence globale de malformations congénitales majeures est de l’ordre de 2-3 %.
  • Les effets fœtotoxiques : effets sur la croissance fœtale, la maturation histologique ou la fonction des organes en place. La période pendant laquelle le risque est maximal va du début du deuxième trimestre à la fin de la grossesse. Les principaux médicaments foetotoxiques sont les AINS, les IEC et les sartans.
  • Les effets néonataux : effets chez le nouveau-né liés, le plus souvent, à des expositions survenues en fin de grossesse ou pendant l’accouchement.
  • Les effets à distance : effets délétères diagnostiqués chez l’enfant, à distance de la naissance (ex : troubles cognitifs, troubles du comportement, troubles survenant à la 2nde  génération, etc.). Le plus souvent, aucune période à risque pendant la grossesse n’a été identifiée, le risque concerne donc toutes les périodes d’exposition au cours de la grossesse.

Derrière chaque phrase du RCP, un niveau de risque précis et une conduite à tenir

La rubrique grossesse du RCP (rubrique 4.6) est généralement constituée des éléments suivants :
  • Les données animales : Effets observés au cours des études réalisées chez l’animal.
  • Les données cliniques : Résumé des données disponibles chez l’Homme, avec le cas échéant description des effets observés ou attendus (effet malformatif, foetotoxique, néonatal, à distance).
  • Les 6 niveaux de conduite à tenir : Une évaluation spécifique du risque au cours de la grossesse est effectuée dans le cadre de l’AMM. Il existe 6 niveaux de conduite à tenir selon le risque qui résultent de l’appréciation et la combinaison des données chez l’animal et chez des données cliniques.
Des informations complémentaires sont également disponibles dans les rubriques dédiées aux contre-indications (4.3), aux mises en gardes spéciales et précautions particulières (4.4), ainsi que dans la rubrique relative aux données de sécurité précliniques (5.3).

Les 6 niveaux de conduite à tenir : comment les comprendre ?

La démarche générale résumée dans le tableau ci-dessus peut faire l’objet d’exceptions, tenant compte d’autres paramètres (ex : pharmacocinétique, passage placentaire, existence d’alternatives, efficacité, etc.).
NIVEAUX DE CONDUITE À TENIR SIGNIFICATION EN TERMES DE RISQUE
Ne doit jamais être utilisé au cours de la grossesse.
Les femmes en âge de procréer doivent utiliser une contraception efficace.
Effet tératogène et foetotoxique démontré dans les données cliniques, quelles que soient les données obtenues chez l’animal.
Ne doit pas être utilisé au cours de la grossesse, sauf si la situation clinique rend le traitement indispensable.
Les femmes en âge de procréer doivent utiliser une contraception efficace.
Effet tératogène ou foetotoxique supposé ou suspecté selon les données cliniques, quelles que soient les données obtenues chez l’animal.
Déconseillé au cours de la grossesse et chez les femmes en âge de procréer n’utilisant pas de contraception efficace. Aucune ou moins de 300 grossesses exposées au 1er trimestre sans augmentation du risque de malformation selon les données cliniques + effet malformatif ou données insuffisantes dans les études réalisées chez l’animal.
À éviter au cours de la grossesse par mesure de précaution. • Aucune ou moins de 300 grossesses exposées au premier trimestre sans augmentation du risque de malformation selon les données cliniques + absence d’effet malformatif dans les études réalisées chez l’animal.

• Entre 300 et 1000 grossesses exposées au premier trimestre sans augmentation du risque de malformation selon les données cliniques + effet malformatif ou données insuffisantes dans les études réalisées chez l’animal.
Utilisation envisageable au cours de la grossesse, si nécessaire. Entre 300 et 1000 grossesses exposées au premier trimestre sans augmentation du risque de malformation selon les données cliniques + absence d’effet malformatif dans les études réalisées chez l’animal.
Utilisation possible au cours de la grossesse, si nécessaire. Plus de 1000 grossesses exposées au premier trimestre sans augmentation du risque de malformation, quelles que soient les données chez l’animal.

Programmes de prévention des grossesses

Des programmes de prévention des grossesses sont mis à disposition pour les médicaments comportant des risques importants en cas de prise pendant la grossesse. Pour en savoir plus découvrez la rubrique dédiée.
Consulter les programmes de prévention des grossesses